Le Triton ponctué (Lissotriton vulgaris)

Également appelé Triton lobé, le Triton ponctué (Lissotriton vulgaris) est un triton de petite taille aux affinités nordiques. Son aire de répartition couvre une majeure partie de l’Europe à l’exception de la péninsule scandinave, de la péninsule ibérique et du sud de la France (de la moitié sud la Loire-Atlantique aux Alpes-maritimes). Sur la base de critères morphologiques et génétiques, 6 sous-espèces sont reconnues. Les populations de l’ouest de la France appartiennent à la sous-espèce nominale vulgaris.

 

Triton ponctué mâle nuptial (Lissotriton vulgaris) – Anetz

L’espèce est protégée et inscrite comme vulnérable sur la liste rouge des amphibiens des Pays de la Loire et sa priorité de conservation est élevée dans cette même région. Les populations de l’ouest de la France sont fragmentées et en déclin.  La vallée de la Loire semble constituer la limite méridionale actuelle de la zone de répartition de l’espèce qui semble remonter vers le nord. En Vendée, l’espèce n’a pas été revue depuis plus de 25 ans (comm. pers. Goyaud). Cette régression a vu l’espèce disparaitre de nombreuses localités en limite d’aire de répartition et l’ampleur actuelle du déclin n’est pas précisée tant sur le plan national que dans l’ouest de la France.

En Bretagne, il n’est plus observé que dans le département d’Ille-et-Vilaine et les observations clairsemées se concentrent ces trois dernières années dans des mares de bonne qualité (ensoleillées, végétalisées et pouvant abriter des poissons) situées sur les communes de Saint-Jacques-de-la-Lande, Rennes, La Bouëxière et Feins (obs. pers.).

En Loire-Atlantique, il est le Triton le plus rare et l’Atlas de Mare en Mare ne traite que 11 observations ayant eu lieues dans le milieu aquatique entre 2000 et 2008 ce qui traduit le peu de connaissances sur l’espèce. Le Triton ponctué était signalé sur les bords de l’Erdre, en Brière, dans la vallée de la Loire, au Landreau ainsi que dans l’ancien méandre de Quinssignac à Saint-Nicolas-de-Redon et à Fégréac. Un individu a été observé le 16/04/2012 à Saint-Philbert-de-Grand-lieu (C. Sorin). En 2008, sa répartition dans la vallée de la Loire comprenait les communes de Nantes, Saint-Luce, Anetz et Varades. A l’heure actuelle, l’espèce a vraisemblablement disparu de Grande Brière.

En Maine-et-Loire, l’espèce n’est actuellement plus cantonnée qu’à la vallée de la Loire et aux Basses vallées Angevines mais il est possible que des zones de reproductions soient passées inaperçues comme en témoigne la découverte le 24/10/2014 d’un individu en phase terrestre dans le sud vihersois (B. Même-Lafond).

En Mayenne, l’espèce est très rare et principalement observée dans l’est du département. En Sarthe, à la faveur d’un effort de prospection plus important, il a été observé dans près de 16 communes depuis 2012 (Baudin comm. pers.). L’état des populations est toutefois incertain dans ces départements car l’espèce reste mal connue et sa répartition sans doute sous-estimée. Sur une échelle géographique plus large, certains noyaux de populations de ces deux départements semblent isolés et difficilement en mesure d’être soutenus par une immigration.

Le Triton ponctué est très peu recherché spécifiquement par les batracologues et n’a pas fait l’objet d’études spécifiques sur sa dynamique en France. De plus les densités de population semblent faibles. Ce triton vit fréquemment en sympatrie avec le Triton palmé (Lissotriton helveticus) avec lequel il peut d’ailleurs s‘hybrider (Johanet, 2009 ; obs. pers.). Bien que l’on considère trop souvent ses exigences écologiques et ses preferenda comme très proches de celles du Triton palmé, le Triton ponctué est largement méconnu et mérite une attention et une prise en compte spécifique.

De nombreuses menaces pèsent sur l’espèce telles la disparition progressive des mares et la dégradation généralisée du bocage qui se poursuit dans la continuité du remembrement des années 1970. Le développement des populations d’Écrevisses, principalement l’Écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii), consommatrices d’amphibiens sont également à l’origine de la spectaculaire disparition d’herbiers aquatiques notamment en Brière (D. Montfort comm. pers.).

L’arrivée récente Xénope lisse (Xenopus laevis) dans la Vallée de la Loire et sa progression rapide en font une menace non négligeable pour les populations de tritons ponctués de la vallée de la Loire qui occupent les mêmes habitats. Enfin, la consommation de la végétation aquatique par les ragondins (Myocastor coypus) impacte négativement les habitats aquatiques occupés par le Triton ponctué. L’abaissement de la ligne d’eau de la Loire a eu des impacts très négatifs sur les habitats favorables au Triton ponctué dans la vallée de la Loire. En effet, de nombreuses « boires » de la vallée de la Loire ont disparu fragilisant la population de tritons considérée comme « réservoir » (à l’échelle locale) et adaptée à des conditions environnementales singulières en limite d’aire de répartition.

 

Bibliographie (pour aller plus loin) :

Angot, D. (2015). Présentation et répartition des Amphibiens Chalonnais – Atlas de la Biodiversité Chalonnaise. 28 p.

Araujo, M.-B., Thuillier, W. & Pearson, R.-G. (2006). Climate warming and the decline of amphibians and reptiles in Europe. Journal of Biogeography, 33 : 1712-1728.

Arntzen, J.-W., De Wijer, P. Jehle, R. & Smit, J. (1998). Rare hybridization and introgression in smooth and palmate newts (Salamandridae : Triturus vulgaris and T. helveticus). Journal of zoological systematics and evolutionary research, 36 : 111-122.

Arntzen, P. (1998). Les Tritons en Mayenne. Biotopes 53, 16 : 61-67.

Barrioz, M., coord. (2016). Evaluation de la dynamique des espèces d’Amphibiens de Normandie, 2007-2016, Programme POPAmphibien de la Société Herpétologique de France, OBHEN, UR CPIE de Normandie. 35 p.

Baudin, B. (2010). Amphibiens et Reptiles de la Mayenne. Mayenne Nature Environnement, Laval, 184 p.

Bell, G. (1977). The Life of the Smooth Newt (Triturus vulgaris) after Metamorphosis. Ecological Monographs 47,279–299.

Bridges, C.-M. & Semlitsch, R.-D. (2000). Variation in pesticide tolerance of tadpoles among and within species of ranidae and patterns of amphibian decline. Conservation Biology, 14 : 14901499.

Carey, C. & Alexander, M.-A. (2003). Climate change and amphibian declines: is there a link ? Biodiversity and Distribution, 9 : 111-121.

Chadwick, E.-A, Slater, F.-M. & Ormerod, S.-J. (2006). Inter – and intraspecific differences in climatically mediated phenological change in coexisting Triturus species. Global Change Biology, 12 : 1069-1078.

Duguet, R. & Melki, F. (2003). Les Amphibiens de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze (France). ACEMAV coll.,

Goyaud, C., coord. (2005). Répartition des Amphibiens de Vendée. Enquête 1998-2005. Le Naturaliste Vendéen, 5 : 37-46.

Goyaud, C., coord. (2006). Répartition des Lézards et Serpents de Vendée. Enquête 1998-2005. Le Naturaliste Vendéen, 6 : 47-54.

Griffiths, R.-A. (1996). Newts and Salamanders of Europe. T & AD Poyser Natural history, Cambridge, 224 p.

Grosselet, O., Gouret, L. & Dusoulier, F., coord. (2011). Les Amphibiens et les reptiles de la Loire-Atlantique à l’aube du XXIe siècle : identification, distribution, conservation. Éditions De mare en mare, Saint-Sébastien-sur-Loire. 207 p.

Johanet, A. (2009). Flux de gènes inter-spécifiques chez des espèces de vallées alluviales : cas des tritons palmés et ponctués en vallée de la Loire. 250 p.

Le Garff, B., coord. (2014). Atlas des Amphibiens et Reptiles de Bretagne et de la Loire-Atlantique. 200 p.

Montfort, D. (1995). Batraciens et Reptiles de la Loire-Atlantique : quelques données récentes remarquables. Bull. Soc. Sc. Nat. Ouest de la France, nouvelle série, 17 (4) : 166-170.

Monfort, D. (2006). Amphibiens, reptiles et mammifères de Brière : situation contemporaine de quelques espèces bioindicatrices. Aestuaria, 10 : 77-94.

Mourgaud, G. & Pailley, P. (2005). Atlas de répartition des Amphibiens (Urodèles et Anoures) et Reptiles (Chéloniens, Squamates) de Maine-et-Loire (France) (1990-2004). Bulletin Anjou Nature, 1 : 5-53.

Secondi, J. (2009). Le Triton ponctué. In MARCHADOUR B., coord. (2009). Mammifères, Amphibiens et Reptiles prioritaires en Pays de la Loire. Coordination régionale LPO Pays de la Loire, Conseil régional des Pays de la Loire : 78-79.

Touzé, H. & Viaud, A. (2014). Capture d’un Xénope lisse Xenopus laevis (Daudin, 1802) sur la commune du Cellier. Chronique du Groupe Naturaliste de Loire-Atlantique, 3 p.

Lescure, J. & de Massary, J.C. (2012). Triton ponctué in Atlas des Amphibiens et Reptiles de France. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, Biotope, Mèze. 272 p.

Watt, P-J. & Oldham, R.-S. (1995). The effect of ammonium nitrate on the feeding and development of larvae of the smooth newt, Triturus vulgaris (L.), and on the behaviour of its food source, Daphnia. Freshwater Biology, 33 : 319-324.

 

Rédaction : Hugo Touzé