Retours d’expérience sur la gestion des espèces exotiques envahissantes

Les espèces exotiques envahissantes sont des espèces étrangères proliférant sur un territoire donné. Elles sont à l’origine d’impacts multiples affectant le fonctionnement des écosystèmes. Il est donc important de disposer des outils et méthodes permettant de les détecter et de les gérer.

Voici quelques retours d’expérience sur la gestion d’espèces invasives, notamment la baccharis.

 

Une mission d’intérêt général

Dervenn Travaux Aménagement intervient très régulièrement pour des chantiers de gestion d’espèces exotiques envahissantes. Cet été 2018, ils sont intervenus sur de la baccharis (Baccharis halimifolia), une plante buissonnante très utilisée comme plante décorative il y a une dizaine d’années. Elle tend à s’échapper des secteurs où il a été planté (jardins, haies, terre-pleins), pour coloniser les milieux environnants. La baccharis est une plante très compétitive qui forme des fourrés très denses, entraînant la disparition des plantes et des communautés animales et végétales locales.

L’équipe de Dervenn est également intervenue sur la balsamine de l’Himalaya (Impatiens glandulifera). Cette dernière a une forte capacité à se disséminer car chaque plant peut contenir jusqu’à 800 graines. Des recherches récentes ont également prouvé que l’abondant nectar produit par la plante est très apprécié des insectes pollinisateurs au point de les désintéresser des plantes locales. Sa présence menace ainsi de nombreuses plantes indigènes dont elle occupe les habitats. De plus, elle déstabilise les berges et les talus, peut envahir un cours d’eau et gêner son écoulement.

Ce ne sont pas les seules espèces végétales exotiques à envahir nos territoires, dégradant ainsi la biodiversité. D’autres sont emblématiques dans l’ouest de la France, comme la Jussie rampante ou à grandes fleurs, la Renouée du Japon ou l’Herbe de la Pampa.

 

Un travail d’équipe pour des chantiers difficiles

Les chantiers de gestion des espèces exotiques envahissantes sont parmi les plus durs. En effet, ces espèces étant très prolifiques, leur arrachage est fastidieux et peut durer plus d’une semaine. Certaines ont des systèmes racinaires très développés ce qui transforme la mission des équipes en épreuve physique. Les équipes de Dervenn Travaux et Aménagements ont ainsi créé un outil spécifique pour l’arrachage des espèces difficiles telles que la baccharis. Un de nos ouvriers s’est inspiré d’un outil de l’association collectif anti-baccharis. Il l’a perfectionné et rendu plus robuste pour pouvoir l’adapter aux rudes conditions des chantiers.

Ces petites inventions sont très utiles aux équipes de Dervenn Travaux et Aménagements qui doivent s’adapter à la fragilité des milieux. L’objectif est de faciliter l’arrachage et soulager un peu physiquement les équipes qui ne peuvent pas toujours utiliser d’engins mécaniques. Néanmoins, dans les cas où l’arrachage manuel s’avère impossible, les équipes utiliseront des tracteurs ou des quads.

Retrouvez d’autres exemples :  retours d’expérience sur les espèces exotiques envahissantes

 

Accompagner les gestionnaires d’espaces naturels est une des missions des professionnels du génie écologique. Si vous avez besoin d’un conseil ou d’une intervention : contactez-nous