Les barrières à amphibien, quelles sont leurs utilités ?

Les amphibiens passent l’hiver en général en milieu forestier, cachés sous les feuilles et les branches. Quand la température remonte, ils cherchent un endroit favorable à leur reproduction. Les mares et les étangs se peuplent ainsi de grenouilles, crapauds, tritons et salamandres et accueillent leurs pontes.
Or, il se peut qu’entre leur lieux d’hibernation et de reproduction, une route soit présente. Ils sont donc amenés à la traverser, ce qui crée un risque pour leur survie.

Il existe des solutions pour éviter ce risque et restaurer la continuité du corridor écologique qui a été interrompu.

Les barrières à amphibiens ou crapaudromes

 

Afin de protéger les amphibiens pendant leur migration au printemps, des barrières temporaires peuvent être installées le long d’axes routiers identifiés comme points noirs.

Les crapaudromes (barrières à amphibiens) sont composés d’une barrière en plastique tendue le long des routes et qui les dirigent vers des seaux. Les individus sont ensuite récupérés et relâchés du bon côté de la route.

Les crapaudromes sont généralement mis en place entre fin février et début mars pour une durée de 5 à 6 semaines. Il est important de prendre en compte les conditions météorologiques.

 

Les crapauducs

 

 

Un crapauduc, contrairement au crapaudrome, est une installation pérennes. Il permet aux amphibiens de passer sous la route par un tunnel, généralement fabriqué en béton. 

 

Comment Dervenn intervient ? 

Dans le cadre d’un raccordement électrique du parc éolien en mer de Saint-Brieuc par une double liaison souterraine à 225 000 volts, Dervenn Travaux et aménagements est intervenu pour mettre en place des barrières à amphibien à certains endroits stratégiques.

 

Ici ce sont des barrières temporaires liées à ce chantier qui ont été mises en place. Les barrières temporaires servent généralement pour des aménagements en phase chantier par exemple. Tandis que les crapauducs sont réalisés directement dans les infrastructures. 

 

Dans les secteurs où la présence de reptiles et/ou amphibiens est avérée, nous avons mis en œuvre des clôtures spécifiques qui permettront d’empêcher les individus de pénétrer sur les zones travaux et les accès fréquentés par des engins. Ces clôtures seront mises en place avant le début des terrassements et seront maintenues jusqu’à la fin du chantier. Nous assurons autant que nécessaire l’entretien et la réparation des clôtures de manière à garantir l’efficacité des dispositifs. 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les amphibiens ? Lisez notre article “Les amphibiens portent bien leur nom.” et vous, avez-vous des retours d’expérience sur la mise en place de crapaudromes, crapauducs, ou plus généralement d’autres barrières ou passages à faune ? 

 

N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux pour connaître toutes nos actualités ! Facebook, LinkedIn et Twitter.

Read More

Bonne année 2020

Nous avons déjà publié un article revenant sur la définition du génie écologique, mais en ce début d’année 2020, nous souhaitions en faire une interprétation un peu plus poétique…

Nous souhaitons une excellente année à tous nos clients, fournisseurs, partenaires, et passionnés de biodiversité !

Bonne année 2020

Read More

Ecopâtur

Conseil&Ingéniérie

L’équipe Conseils & Ingénierie rassemble 10 ingénieurs écologiques et généralistes, aux spécialisations complémentaires : faune, flore et habitats, zones humides, écologie et urbanisme, conduite de chantier, animation…

Vincent Guillemot, directeur des études, veille à la qualité et à l’amélioration continue des chantiers

Rebecca Briot, directrice, assure la gestion globale du pôle.

Read More

Plan du site

Pages

Articles par catégorie

Fenêtres modales

Read More