La compensation écologique, épisode 2 : la phase travaux

À priori, cette phase serait assez simple à appréhender — quoique technique. Et pourtant, elle induit des compétences spécifiques en génie écologique, au-delà même des outils et des méthodes liés au creusement de mares, à la plantation de haies ou à l’installation d’abris pour la faune. La phase travaux, c’est aussi la concrétisation de la définition opérationnelle de la mesure compensatoire établie par le bureau d’étude. Si elle est bien conçue, puis bien mise en œuvre, elle permet de répondre au le principe clé d’équivalence écologique. C’est enfin l’étape qui précède celle du suivi et de l’entretien, et en garantit son bon déroulement.

L’inextricable lien entre travaux et génie écologique

C’est d’ailleurs fondamental : les travaux menés dans le cadre des mesures d’évitement, de réduction ou de compensation doivent être assurés par des spécialistes des milieux naturels. Parce qu’ils connaissent et respectent le cycle biologique de la faune et de la flore : ils utilisent ainsi le matériel le plus adapté, au moment le plus adapté pour préserver l’écosystème en place.

Il peut être opportun de combiner le calendrier des mesures compensatoires à celui du projet global (celui ayant entraîné des besoins de compensation), pour faire intervenir des spécialistes du génie écologique lors des étapes préparatoires aux travaux de génie civil.

Dervenn Travaux, compensation écologique
Élagage doux d’une haie bocagère

En effet, dans le cadre de travaux préparatoires d’un projet d’aménagement, le choix des méthodes participe à la réduction des impacts sur les milieux naturels. Par exemple, abattre ou élaguer des arbres où seraient nichées des larves d’insectes nécessite une technique précise et minutieuse. Car ces larves ne survivront pas à la chute brutale de leur hôte. La solution : couper l’arbre en morceaux et déposer les tronçons au sol, pour faire un andain et permettre à ces larves de terminer leur cycle.

En ce qui concerne la restauration de milieux naturels, il faut des connaissances fines, portées par des équipes de passionnés. Au moment du suivi du score fonctionnel du milieu restauré, les services de l’État pourraient décider de la nullité des travaux s’ils ne constatent pas d’amélioration. Et demander au maitre d’ouvrage de lancer un nouvel appel d’offres pour cette phase travaux, et parfois même jusqu’à l’étude d’impacts.

Notre expertise liée aux écosystèmes et aux milieux naturels nous permet d’envisager des solutions complémentaires. Que nous préconisons au moment de l’appel d’offres ou pendant le chantier, au contact du terrain. Si des peupliers doivent être abattus pour restaurer une zone humide, nous pouvons alors proposer de conserver les branchages pour construire des habitats pour les insectes. Car notre premier client est avant tout l’écosystème sur lequel nous travaillons.

Dervenn Travaux, compensation écologique
Abri à reptile

Vers un équilibre écologique et économique

Au-delà d’un constat empirique ou engagé, l’érosion des espaces naturels est un réel enjeu écologique. Les choix d’aménagements, d’urbanisation ou d’infrastructures nouvelles accentuent cette érosion. La compensation écologique obligatoire permet de la freiner, voire de la contrebalancer. C’est en définitive une opportunité pour restaurer, réhabiliter et réaffecter les milieux naturels. Quand la restauration vise à rétablir un état initial, la réhabilitation réinstalle la nature là où elle a disparu, et la réaffectation réinvente les milieux naturels sur des terrains en friche.

Les mesures compensatoires responsabilisent davantage les maitres d’ouvrages dans la réalisation de leur projet : dès lors que la nature et son équilibre sont impactés, une démarche doit être conduite pour éviter, réduire, compenser, et être financée par ces mêmes porteurs de projet. On observe d’ailleurs un intérêt croissant de nos interlocuteurs sur toutes les étapes de la compensation écologique — étude, travaux et suivi — pour s’entourer de professionnels spécialistes des milieux naturels, qui réintégreront les fonctions de la biodiversité, dans le temps.

Car la phase travaux n’a de sens que sur le long terme, lorsque le bureau d’étude en charge du suivi pourra établir avec précision le gain écologique obtenu… dans l’intérêt de tous.

Notre intervention

Notre filiale Dervenn Travaux et Aménagement est spécialisée dans les travaux d’évitement, de réduction et de compensation écologique. Un besoin ? Faites appel à nous !