Des aménagements pour concilier préservation des habitats naturels et usages humains

Les travaux de protection et restauration des habitats naturels s’accompagnent d’aménagements  connexes.

Les aménagements agricoles pour limiter l’impact du bétail

L’élevage participe pleinement à l’entretien des paysages et du patrimoine d’un territoire, par l’entretien de pelouses par pâturage, la fertilisation des sols par apports d’engrais engrais, la valorisation de races locales…

L’équilibre écologique des terres d’élevage peut être fragile, en particulier à proximité des cours d’eau. La pression de pâturage par exemple peut être facteur de risques pour la qualité biologique et chimique de l’eau, mais aussi pour la structure du cours d’eau : les animaux piétinent les berges, ce qui peut provoquer la disparition du couvert végétal et une accélération de l’érosion du sol.

La canalisation des flux de bétail participe à la maîtrise de ces enjeux :

  • Pose de clôture
  • Pose de passages canadiens
  • Réalisation de passages à gué
  • Pose d’abreuvoirs

Voir un exemple de réalisation : Travaux de restauration et d’entretien de l’Orme Champenoise

 

Les aménagements en bois pour permettre l’accueil du public sur des milieux fragiles

Ce qui vaut pour l’animal vaut pour l’homme : une occupation trop importante et des passages trop fréquents entraînent une fragilisation des milieux.

Les types d’aménagements mis en place pour canaliser le public s’adaptent au type de milieux :

  • La pose de potelets en milieu forestier et dans les landes
  • La pose de ganivelles pour éviter le piétinement et protéger les dunes
  • L’aménagement de platelages et pontons en zone humide

Voir un exemple de réalisation : Pose de potelets au Val sans retour

 

Quel savoir-faire ?

Chaque aménagement est conçu et réalisé sur mesure, en fonction des spécificités du site et des demandes du maitre d’ouvrage.

Photo de Richard

Selon Richard Blanchemain, les qualités d’un technicien de génie écologique spécialisé dans la réalisation d’aménagements sont les suivantes :

  • Polyvalence
  • Habileté manuelle (bricolage…)
  • Capacité d’adaptation
  • Organisation

En intégrant l’équipe de Dervenn Travaux Aménagements il y a 10 ans, Richard a appris les spécificités de ce métier au contact de ses collègues. Arrivé en tant qu’équipier en 2009, après un BTS Gestion et Protection de la Nature, il s’est rapidement spécialisé dans la réalisation d’aménagements. Grâce à son sérieux, sa réactivité et ses capacités d’organisation, Richard a évolué vers un poste de chef d’équipe.

« Le métier d’ouvrier de génie écologique c’est rude : on est dehors par tous les temps. Mais on a la satisfaction de voir le travail accompli et de participer à des projets utiles pour la préservation de la nature ! »