Deux types de démarche pour connaître la biodiversité d’un territoire

La biodiversité d’un territoire s’appréhende à travers les observations de ses habitants, mais aussi de naturalistes passionnés de passage. Les pouvoirs publics sont les gestionnaires de ce bien commun, donc ont en charge sa gestion et sa préservation.

  • Au niveau européen, le programme Natura 2000 vise à assurer la conservation des habitats et espèces à forte valeur patrimoniale communautaire. Il cible des sites sur les territoires de tous les États membres, puis y définit des Documents d’Objectifs.
  •  L’Etat français porte le programme ZNIEFF, qui recense les ensembles naturels à forts intérêts patrimoniaux sur l’ensemble du territoire. L’objectif est de favoriser leur connaissance et leur prise en compte dans les politiques et opérations d’aménagement.

Ces démarches ont le mérite de couvrir l’ensemble du territoire européen ou français. La contre-partie est que leur exhaustivité et leur actualité est forcément limitée.

Les collectivités locales ont donc un rôle important à jouer pour la connaissance fine et à jour de la biodiversité de leur territoire.

Dervenn vous propose de vous intéresser à deux exemples de démarches volontaires : les Atlas de la Biodiversité Communale, et les Milieux Naturels d’Intérêt Ecologique.

Les Atlas de la Biodiversité Communale : une démarche nationale pour une application locale

 L’Agence Française de la Biodiversité (AFB) a formalisé un guide pour réaliser un Atlas de la Biodiversité Communale. L’agence a pour objectif que 1500 communes aient réalisé un ABC d’ici 2020.

Elle a lancé 2 Appels à Manifestation D’Intérêt successifs pour apporter une aide financière aux porteurs de projets s’engageant dans cette démarche. Ceux-ci peuvent être des communes, intercommunalités, parcs naturels régionaux ou établissements publics territoriaux de bassins. En 2017, l’AFB a retenu 47 projets qui représentent 685 communes. En  2018, 19 nouveaux projets sont sélectionnés, représentant 184 nouvelles communes.

 

Atlas de la Biodiversité Communale en cours ou réalisés

Les Milieux Naturels d’Intérêt Ecologique : exemple d’initiative locale

Dans les années 1990, les élus du District de Rennes ont lancé un inventaire des sites naturels patrimoniaux. Les MNIE font l’objet d’un classement en Zone Naturelle Protégée dans les documents d’urbanisme.

L’Atlas des MNIE (Milieux Naturels d’Intérêt Ecologique) est ainsi un outil de localisation des enjeux de biodiversité sur le territoire. Il s’accompagne d’un guide de gestion, qui s’adresse aux particuliers, agriculteurs, gestionnaires, élus… Il apporte des éléments d’aide à la décision pour une gestion durable de ces milieux.

Les agrandissements de périmètre du District, puis du Pays de Rennes, déclenchent régulièrement une mise à jour de l’Atlas. Dervenn contribue à ces inventaires.

Les milieux cultivés peuvent dans certains cas être très favorables à la biodiversité. Ici une culture à Cesson-Sévigné (35) abrite entre ses rangs une grande diversité d’espèces floristiques

Quelle différences entre ces deux démarches ?

  • La démarche d’ABC permet d’obtenir une liste exhaustive des espèces faunistiques et floristiques recensées à l’échelle de la commune
  • La démarche MNIE géolocalise des sites d’intérêt, puis présente en annexe les espèces ou habitats ayant servi à ce classement. En parallèle, le Pays de Rennes a également publié un Trombinoscope des espèces patrimoniales.

Les points communs : les objectifs de fond

  • Sensibiliser et mobiliser les élus et citoyen sur la biodiversité du territoire
  • Améliorer la connaissance sur la biodiversité du territoire et les enjeux de préservation, de restauration ou de mise en valeur